Cette femme nous raconte son expérience de… femme tatouée

30 septembre 2017

Nous sommes beaucoup à nous poser la question : est ce qu’un tatouage sur peau noire peut virer au cauchemar à cause de la carnation de notre peau ?
J’ai fait un post sur mon blog perso que je souhaitais vous partager ici. Je vous raconte mon expérience de…. femme tatouée !!! Yes i did it !
www.laviedunefemme.com :
Vous l’aurez peut être compris…Je viens de passer le cap, j’ai un tatoo et je peux dire aujourd’hui que je suis une femme tatouée ! C’est fait. Je pensais à me faire tatouer depuis de nombreux mois. Des années même. Je me suis enfin lancée.

tatouage femme noire

Si vous m’aviez entendu : « je ne comprends pas pourquoi vous vous faites tatouer », « ça ne sert à rien », « vous vous abimez la peau », « Dieu vous a créé sans, pourquoi vous infliger ça »…etc etc J’étais la première à affirmer mon incompréhension à se faire tatouer sur le corps des mots, des phrases, des dessins. S’assoir ou s’allonger pour qu’une personne viennent me piquer le bras et me mettre de l’encre sous la peau, dans le corps…. get away from me please ! Non, ça ne me traversait même pas l’esprit. De plus, je dois avouer que je suis un peu chochotte.
Jusqu’au jour ou…….
Il y a quelques années, l’idée de me faire tatouer n’était plus aussi éloignée de mon esprit que ça. J’y pensais…. Je me demandais ce que je pouvais me faire tatouer. Étant passionnée de musique, je voulais que ça ait un lien avec ça. Une note de musique,  un ghettoblaster. Quelque chose qui me ramène à ça en tout cas.
Une année, étant en vacances à New York, je me suis même fait faire un tatoo au henné, juste pour voir comment je ressentirai le fait d’avoir un dessin en permanence sur ma peau. J’avoue avoir bien appréciée cette sensation d’avoir ce ghettoblaster sur le bras. A l’intérieur du bras. La musique fait parti de moi, de ma vie et là elle faisait également parti de mon corps. Se faire tatouer au henné est une bonne alternative pour « tester » son tatoo.
Étant dans la ville lumière, la big apple, avec de nombreux professionnel du tatouage, j’ai failli me laisser tenter, mais la raison a pris le dessus. Ensuite, de passage à Los Angeles, là aussi, j’y ai repensé à de nombreuses reprises. Mais étant donné mon court séjour là bas, je n’ai pas vraiment eu le temps de le faire… Du moins, je n’ai pas pris le temps. Je pense que ma réflexion n’était pas encore assez aboutie sur le sujet.
Car en effet, se faire faire un tatouage n’est pas une chose anodine et sans risque, il faut bien le savoir.
Se faire tatouer, c’est introduire des colorants sous la peau, afin d’avoir un dessin permanent. Notre corps, notre peau, n’est pas fait pour recevoir ce genre de corps étranger. Notre peau est transpercée, il y a donc des risques d’infection de la plaie. Il peut également y avoir des risques d’infections par virus (Hépatite par exemple) ou encore des réactions allergiques. Tout ceci n’est pas anodin, je le répète. Il est donc important de bien choisir la personne qui va vous tatouer. Il n’existe pas de diplôme de tatoueur. Mais ils sont obligés de passer une formation à l’hygiène (ce qui est peu je trouve pour ce qu’ils font mais bon, c’est un autre sujet)
Le tatouage est de plus en plus à la mode, et comme tout métier dans le vent, de nombreuses personnes affirment être professionnelles alors qu’elles ne le sont pas. Il suffit pour elles d’acheter les machines qu’il faut. Ils s’entrainent ensuite sur eux et sur leurs potes, et se disent tout de suite tatoueurs… Je le répète, attention, vous garderez ce dessin A VIE. Combien de personnes sont obligés d’aller consulter un tatoueur expérimenté avec s’être fait louper par un pote ou une connaissance qui venait de se mettre au tatouage…. Les recouvrements de tatouages ont donc aussi le vent en poupe…..
J’ai rencontré le mien grâce à un ami. Cet ami que je connais depuis plus de 10 ans m’a à de nombreuses reprises montré les tatouages qu’il se faisait faire. Et j’ai toujours été extase devant la beauté des dessins qu’il avait. Je lui ai donc demandé son contact et le tour était joué.
Mais alors, qu’est ce qui m’a poussé à enfin passer le cap ?
Je suis devenu mère il y a un peu plus de 2 ans et demi maintenant et depuis ce jour, j’ai voulu graver en moi, sur moi mon fils. Je savais que j’allais le faire, je voulais le faire. Même si il est en permanence dans ma tête, dans mon esprit, j’avais besoin qu’il soit sur moi, graver dans ma chair si je puis dire. J’ai décidé de me faire tatouer nos initiales T et M.
J’ai donc pris rendez vous chez Jerry One, le taoueur de mon ami. Et le jour j, l’angoisse était présente ! J’avais peur d’avoir mal. Comme je l’ai dit plus haut, je suis un peu douillette… Mais ma motivation était bien réelle et je ne voulais pas reculer. J’attendais depuis tellement longtemps mon tatouage. De plus, entre le moment ou j’ai pris la décision et le rendez vous, plusieurs mois se sont écoulés. Et oui, Jerry One est un tatoueur très demandé entre Paris et la Bretagne. J’avais bon entendu scrute sa page Facebook et son instagram pour pouvoir voir ce qu’il avait déjà fait, si son esthétique correspondait à ce que je voulais.
Le jour J, sur le chemin, j’ai quand même eu la trouille. La flippe. Je marchais dans les rues de Paris pour me rendre au rdv et en même temps je me demandais ce que j’étais en train de faire. Qu’allais-je faire ! Étais-ce une erreur ? Allais-je le regretter ? Toutes les questions que l’on se pose lorsque l’on prend une grande décision. Pour certains, j’exagère peut être mais je vous assure que pour moi c’était une chose très très importante.
Arrivée à l’endroit du rdv, je suis accueillie par Jerry qui est tout de suite amical et que je trouve sympathique de premier abord. Ouffff. Déjà c’est un bon début.  On commence à discuter et il m’explique bien comment ça va se passer. Toutes les étapes : choix du dessin, pause du carbone, test de l’aiguille (je vous passe tout ce qui est hygiène qui est bien sûr primordial).
Ce que je trouve très important et rassurant, c’est qu’il me dit bien que, au cas où je ne souhaite plus le faire (si pendant le test avec l’aiguille j’ai eu trop mal par exemple), je peux refuser de me faire tatouer.
Donc go c’est parti !!!
Après avoir choisi mon futur tatoo (je lui avais envoyé l’idée que j’en avais et il m’a fait plusieurs propositions), il m’a donc posé le carbone, qui allait servir de base, d’emprunte pour le tatoo. J’ai pu voir tout de suite sur mon bras ce que ça allait donner. Le test de l’aiguille s’étant bien déroulé, il commença.
Ok ok ça m’a fait mal, je ne peux le nier. Mais c’est une douleur supportable. Après la douleur des contractions, je crois que je peux tout supporter.
Pendant 30 mn, j’ai supporté… supporté…. beaucoup pensé à mon fils, regardé des photos de lui, des vidéos, fait des snaps. Et voilà c’était fini !
J’avais enfin mon tatoo! Et surtout. …. je le trouvais MA-GNI-FIQUE !!! Il est vraiment beau. C’est totalement ce que je voulais au niveau du lettrage. Je ne pouvais pas m’attendre à mieux. C’est bien sûr mon avis, mon ressenti, mes impressions. Certains pourraient le trouver…. basique mais à vrai dire…. i don’t Care ! Je suis contente de l’avoir fait, d’avoir passer outre ma peur et mon appréhension.  I’m tatooed  (franglish time)
Et vous ?
Je trouve qu’un tatouage c’est une chose intime mais j’avais envie de le partager avec vous.

Beautefemmenoire.com

 

AJOUTER UN ARTICLE

Ajouter un commentaire :

Choisissez un pseudo :

Votre commentaire :

0/150 caractère(s) utilisée.
Recopiez ce code :
Chargement de l'image en cours...